Make America(n English) Great Again

S’il y a une idée qui fait l’unanimité (ou quelque chose qui s’en approche) depuis l’élection de Donald Trump, c’est qu’il y a un profond malaise dans la classe moyenne et qu’une certaine Amérique déprimée rêve avec nostalgie à un retour à un certain âge d’or qu’on situe habituellement dans les années 50 et 60, quand tout était possible, ou encore dans les années 80, à l’époque où les États-Unis étaient invincibles comme Chuck Norris.

Mais le malaise pourrait être beaucoup plus ancien, selon une nouvelle étude du vocabulaire de l’anglais américain :

« A new study has found that positive language used by Americans is on the decline. A new study conducted by researches at USC Dornsife and the University of Michigan suggests that the shift has been happening over the past 200 years.  » Language Magazine » Blog Archive Positive Language Decreasing In American-English Speech – Language Magazine

Les chercheurs précisent que les mots positifs sont encore plus utilisés que les mots négatifs, mais que le déclin du vocabulaire optimiste est un phénomène qui s’observe depuis maintenant deux siècles.

Les résultats ont été compilés à partir de Google Books et du New York Times.

David Crystal et le mythe de la taille du vocabulaire anglais

Le doyen des spécialistes de l’anglais, David Crystal, fait une mise au point à propos du mythe tenace selon lequel l’anglais a un plus grand vocabulaire que les autres langues.

En référence à un panelist de la BBC, Crystal écrit:

« He then went on to say that English vocabulary is larger than that of other languages, which may well be true, given its global reach and its status as the first language of science, but then asserted that French has only 200,000 words and German half that. Again, absurd notions, based on the naive assumption that the words contained in the largest dictionaries equal the words in the language. » DCblog: On myths and the making of the OED

En 2009, Crystal avait dit d’une nouvelle selon laquelle l’anglais avait un million de mots que c’était « the biggest load of rubbish I’ve heard in years. » DCblog: Search results for On the biggest load of rubbish