Expulsé d’un avion pour avoir parlé arabe, ou (probablement) pas

Adam Saleh, un youtubeur américain, prétend avoir été expulsé d’un avion de Delta parce d’autres passagers étaient « inconfortables » de l’entendre parler arabe au téléphone avec sa maman avant le décollage.

« On nous expulse parce que nous avons parlé une langue différente ! Nous sommes en 2016. 2016 ! Regardez ! Delta Airlines nous expulse parce que nous avons parlé une langue différente ! »

Je sais pas pour vous, mais à partir de maintenant, je vais supposer qu’une nouvelle est fausse jusqu’à preuve du contraire.

C’est particulièrement probable dans ce cas si, étant donné le passé de Saleh, qui s’est déjà fait prendre à non pas une, mais deux reprises à mettre en ligne de faux vidéos.

Delta admet avoir expulsé Saleh et son compagnon de l’avion, mais pour avoir eu un comportement jugé « provocateur », non pas à cause de la langue qu’ils parlaient :

« Based on the information collected to date, it appears the customers who were removed sought to disrupt the cabin with provocative behavior, including shouting. This type of conduct is not welcome on any Delta flight. »

Cela dit, c’est absolument vrai que de parler d’autres langues que l’anglais dans le réseaux de transport aérien global est parfois considéré un comportement suspect. Le Washington Post cite le Council on American-Islamic Relations qui, sans se prononcer sur l’authenticité de cet incident en particulier, confirme avoir recensé d’autres incidents du genre.

On peut aussi penser au cas de Robert Dziekanski, un citoyen polonais qui a été tué par les agents des services frontaliers du Canada à l’Aéroport de Vancouver pour avoir eu un comportement suspect, i.e, être resté coincé pendant près de 10 heures dans une zone sécurisée des douanes, incapable de communiquer avec les agents parce qu’il ne savait pas parler anglais.

Publicités

Finalement pas d’anglais obligatoire au Royaume-uni

Contrairement à ce qu’avait annoncé The Sun il y a quelques jours, le rapport du « tsar de la cohésion des communautés », Dame Louise Casey, au gouvernement britannique ne recommande pas la déportation les immigrants qui n’apprennent pas l’anglais.

Cependant, le gouvernement doit mettre plus de ressources à la disposition des immigrants qui veulent apprendre l’anglais et ceux-ci devraient faire serment d’allégeance au Royaume-Uni et a ses valeurs, selon le rapport dont The Independent a obtenu copie.

« Immigrants should have more access to English language classes and be made to take an « oath of allegiance » in order to improve integration efforts, a Government report has warned. » Government must increase English classes for migrants and make them take oath of allegiance, says report

L’anglais langue maternelle au Cameroun?

« Students in English-speaking regions are worried that they will not be able to succeed and get good jobs once they graduate, because they do not get the opportunity to be educated and work in their mother tongue. » Cameroon teachers, lawyers strike in battle for English | News | Al Jazeera

Juste pour être certain qu’on se comprend, pas plus de 1% des Camerounais parlent anglais à la maison.

L’anglais et le français sont des langues officielles au Cameroun, mais rarement des langues maternelles.

C’est un commentaire curieux considérant que l’Afrique est de loin, le continent où il y a le moins d’enfants qui étudient dans leur langue maternelle.

La crise anglophone se poursuit au Cameroun

La crise qui oppose la minorité anglophone du Cameroun à l’élite francophone du gouvernement central se poursuit.

Des élus de l’opposition auraient décidé de se joindre au mouvement de grève des enseignants et des avocats anglophones et annoncé qu’ils allaient boycotter les sessions du sénat et de l’Assemblée nationale.

Des médias anglophones rapportent que plusieurs élus anglophones auraient rejoint des manifestations dans les rues de Buea ce matin.

Les tensions sont également élevées dans le nord-ouest où les taxis sont en grève et le marché de Bamenda serait fermé.

D’autres élus des régions anglophones du nord-ouest du Cameroun ont cependant donné leur appui au gouvernement du président Paul Biya et demandé aux enseignants de mettre fin à leur grève immédiatement.

Les avocats et les enseignants anglophones du Cameroun sont en grève depuis le 8 et le 22 novembre, respectivement. Ils reprochent au gouvernement central de vouloir les marginaliser et de ne pas respecter les systèmes éducatifs et judiciaires distincts des régions à majorité anglo.

« We have to prove we can speak the bloody language, pay £200 every time for the privilege. »

Depuis le 14 octobre, tous les chauffeurs de taxi et de Uber de Londres doivent prouver qu’ils savent parler anglais.

« It’s a joke that after decades of working in London we have to prove we can speak the bloody language, and pay £200 every time for the privilege. »

Les pharmaciens qui veulent pratiquer en Grande-Bretagne doivent aussi prouver qu’ils maîtrisent la langue anglaise.

Selon le journal The Sun, un rapport du gouvernement qui sera publié d’ici quelques jours va recommander l’expulsion des immigrants qui n’apprennent pas l’anglais.

The Sun: L’anglais obligatoire pour vivre en Grande-Bretagne?

Selon The Sun de Londres, un journal qui n’a jamais rejeté un titre parce qu’il était trop sensationnel, un nouveau rapport du gouvernement va recommander l’anglicisation obligatoire des étrangers qui vivent sur territoire britannique.

« Senior civil servant Dame Louise Casey will call on the government to devise a fresh strategy to enforce “an expectation” that all foreign-born UK residents speak English as a condition of living here. » New call for foreigners in UK to learn English… but with no detail on how plan will work

Selon le Sun, le rapport préparé par Dame Louise Casey à la demande de l’ancien premier ministre David Cameron fait un lien entre la non-connaissance de l’anglais, l’aliénation et l’extrémisme.

En janvier 2016, David Cameron lui-même avait laissé entendre que les immigrants qui n’apprenaient pas l’anglais pourraient être déportés.

Anglais à l’Assemblée Nationale du Québec : la théorie du bocal

Le plus intéressant dans l’intervention d’Amir Khadir en anglais à l’Assemblée nationale du Québec est peut-être la décision du gouvernement de répondre à deux questions sur trois en français . En refusant de parler de corruption en anglais, le gouvernement démontrait la justesse de l’allégation du député de Québec solidaire: au Québec, le Parti libéral et des médias complaisants utilisent la dualité linguistique pour isoler l’électorat anglophone.

« Pour «que le Québec ne soit pas soumis aux diktats de l’argent sale ramassé par le Parti libéral, (…) j’estime qu’on est en droit de poser des questions en chinois, en espagnol, en hindi, en farsi et en anglais!». » Questions en anglais: Khadir veut que les anglophones soient informés de la «corruption libérale» | JDQ

Pourtant, comme l’explique Robert Phillipson dans « Linguistic Imperialism », un des grands mythes de l’anglais est justement que ceux qui maîtrisent la langue « universelle » ont accès à « toute » l’information et ne peuvent plus être coincés dans des ghettos médiatiques :

« If one conflates the English-intrinsic arguments, one can conclude that English is God-given, civilizing, noble, a vehicle of the entire developing human tradition, well adapted for change and development, not ethnic or ideological, the world’s first truly global language, of universal interest. The conclusion would seem to be that you are in a very real sense deprived if you do not know it. » 1

La vérité c’est que les Anglophones sont comme des poissons rouges dans un bocal. Ils regardent une pièce à travers la vitre et pensent voir le monde dans son entièreté, ignorants des autres pièces de la maison, voire du monde au-delà. Nous, pendant ce temps-là, maintenant que nous parlons tous anglais, on peut voir tout ce qui se passe dans leur bocal.

Bien entendu, il y a des Anglos qui lisent d’autres langues. Peut-être même qu’il y en a qui lisent Le Devoir et le Journal de Montréal. Who Knows?

The point is, l’anglais, comme toutes les autres langues, peut vous isoler du monde aussi facilement qu’il peut le rendre un peu plus grand.


  1. Phillipson, Robert (1992), Linguistic Imperialism, Oxford University Press. ↩︎